FAQ

1. A qui s’adresse le dispositif Création en cours ?

1.1 Quels projets sont soutenus ?

Création en Cours est un dispositif de soutien à la jeune création.

Les projets soutenus sont des projets de recherche artistique, de création originale et singulière, impliquant un temps de transmission de l’acte de création au sein d’un établissement scolaire (primaires ou collèges).

L’appel à candidatures s’adresse en priorité aux étudiants issus des Ecoles Supérieures Culture sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication (cf liste des écoles jointe). Pour les candidats issus d’autres cursus, la recevabilité des candidatures sera examinée au cas par cas.

Pour les projets relevant du domaine littéraire, en l’absence d’un diplôme obtenu auprès des deux masters de création littéraire existants, une lettre de recommandation d’une Agence régionale du Livre pourra être fournie en lieu et place du diplôme.

Le projet doit être porté par un jeune créateur. Néanmoins, dans le cadre de la mise en œuvre de la résidence, le candidat pourra faire intervenir un autre artiste en binôme, ou d’autres membres de son collectif artistique.

1.2 Quelles sont les disciplines concernées par l’appel à projet ?

Toutes les disciplines du champs artistique et culturel sont concernées, parmi lesquelles : musique, théâtre, danse, cirque, marionnettes, arts plastiques, photographie, cinéma et audiovisuel, design, architecture, livre, bande dessinée, arts numériques, mode, etc. (liste non exhaustive).

1.3 Si mon projet consiste uniquement en des ateliers d’éducation artistique, est-il recevable ?

Non.

Le dispositif Création en Cours soutient des projets de recherche et de création artistique, qui comportent un temps de transmission, de dialogue et de création partagée au sein d’un établissement scolaire. Les projets seront retenus aussi bien sur la base du parcours artistique, de formation et d’apprentissage de l’artiste, de son travail de recherche et du projet artistique développé, que sur ses intentions en terme de transmission, de partage de la création, de dialogue et de participation lors du temps passé au sein de l’école.

A titre indicatif, les artistes sont soutenus sur un temps d’écriture, de recherche et de création d’environ 3-4 mois. Au cours de cette période, le temps de présence au sein de l’établissement scolaire pour le volet transmission doit être d’au moins 20 jours, et ne doit pas dépasser un tiers du temps total de la résidence.

2. Où et comment se déroule le « volet transmission » de la résidence ?

2.1 Ou sont implantées les écoles dans lesquelles les artistes vont intervenir ?

Les écoles primaires et collèges sont sélectionnés et répartis de façon à ce qu’il y en ait un par département français (y compris l’Outre-Mer), soit 101 au total.

Les établissements les plus éloignés de l’offre culturelle (quartiers prioritaires de la politique de la ville, zones rurales et périurbaines, Outre-Mer) sont privilégiés.

2.2 Est-il possible de choisir l’école primaire ou le collège où l’artiste intervient ?

Lors de la candidature, les artistes peuvent indiquer des souhaits de départements d’implantation, néanmoins, ceux-ci sont à titre indicatif, l’implantation finale peut différer des souhaits émis au départ.

Il n’est pas possible pour le candidat de choisir l’établissement. Les écoles participant au dispositif (une par département) sont sélectionnées au travers d’un processus spécifique géré par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

2.3 A qui s’adressent les temps de transmission du projet de recherche artistique ?

Les temps de transmission s’adressent plus spécifiquement à des élèves du Cycle 3 (CM1, CM2, 6ème). Ces temps peuvent concerner une ou plusieurs classes, en fonction du projet et du dialogue avec le chef d’établissement et les conseillers pédagogiques. Les passerelles entre école primaire et collège sont encouragées, dans le cadre de la réforme du Cycle 3. Le projet peut rayonner de façon plus large sur l’établissement ou sur le territoire, néanmoins il est vivement conseillé de cibler un groupe plus restreint d’élèves pour la mise en œuvre des interventions proprement dites.

L’artiste doit présenter, au moment de la candidature, des intentions fortes sur la partie « transmission » de son projet de création et de recherche. Les projets qui articulent fortement création et transmission, proposent des porosités, des allers-retours, sont privilégiés. Après la sélection des candidats, un temps de discussion et d’élaboration commune de ces temps de présence au sein de l’école est prévu entre l’établissement scolaire et l’artiste.

3. Comment se passe la sélection et quelles en sont les modalités pratiques ?

3.1 Quand ont lieu l’appel à candidatures pour les artistes et la sélection des écoles ?

Le dispositif a vocation à se renouveler annuellement. La date de l’appel à candidatures pour la deuxième édition du dispositif n’est pas encore fixée, néanmoins, il devrait intervenir au cours du 2ème trimestre 2017, l’information sera publiée prochainement sur ce site.

3.2 Je suis directeur (-trice) d’un établissement scolaire, comment inscrire mon école dans le dispositif ?

La sélection des écoles doit se faire par l’Education nationale via la voie hiérarchique habituelle. Nous vous conseillons de prendre attache auprès de l’IEN (inspecteur de l’éducation nationale) de circonscription et/ou du conseiller pédagogique dédié à l’éducation artistique et culturelle, afin d’obtenir plus de précisions.

3.3 Quel est la prise en charge financière ? A qui est versée la bourse ?

La candidature est portée par l’artiste dans le cadre d’une démarche artistique et de recherche personnelle.

Une allocation lui est versée par les Ateliers Médicis, afin de mettre en œuvre son projet, tant dans son volet création que dans son volet transmission, afin de couvrir sa rémunération, mais aussi tous les frais induits (matériel artistique, frais de déplacement, etc.).

Le candidat peut, s’il le souhaite, associer à sa démarche une structure de son choix, afin d’enrichir et de prolonger le projet. La somme peut, à la demande de l’artiste, être versée à la structure (association, société de production, agence d’architecture, compagnie, etc.) sous la forme d’une subvention, afin qu’elle en assure la gestion.

3.4 A quelle période doit avoir lieu le projet ?

Le projet de recherche et de création doit avoir lieu entre janvier et juin. Dans la même période, l’artiste devra prévoir un temps de présence et de transmission de minimum 20 jours (consécutifs ou non) au sein de l’établissement scolaire partenaire, sur le temps scolaire. Le calendrier et le rythme des présences de l’artiste seront à définir de façon conjointe avec l’équipe enseignante de l’école d’accueil.

4. Comment les résidences sont-elles documentées ?

Les artistes devront documenter leurs temps de recherche et de création, ainsi que les temps de présence à l’école, sur la plate-forme creationencours.fr, grâce aux identifiants personnels qui leur seront communiqués.

De même, les écoles participantes auront des identifiants d’accès qui leur permettront de mettre en ligne leur propre journal de résidence sur la plate-forme.

5. Qui sont les partenaires et interlocuteurs au sein du dispositif ?

La résidence implique plusieurs partenaires avec lesquels l’artiste est amené à travailler :

  • l’école (ou le collège) qui accueille l’artiste

Tout au long de la résidence l’artiste travaille avec les élèves, l’équipe pédagogique et la communauté scolaire, le directeur d’école ou chef d’établissement. Il est également amené à côtoyer les parents d’élèves sur des temps spécifiques à l’instar des restitutions

  • Les Ateliers Médicis qui pilotent le dispositif au niveau national

L’équipe dédiée au projet au sein des Ateliers Médicis accompagne et suit l’ensemble des résidences tout au long de l’année, dans leur mise en œuvre opérationnelle ainsi que dans leurs aspects administratifs. Elle coordonne également la plate-forme Créationencours.fr.  Un référent est affecté à chaque artiste dans le cadre de son projet.

  • la Direction régionale des affaires culturelles

Les Conseillers DRAC du territoire où intervient l’artiste lui fournissent conseil et appui, l’accompagnent dans la définition du projet avec l’Education nationale, articulent le projet avec les projets culturels des collectivités territoriales, encouragent éventuellement un dialogue avec une ou des structures culturelles et l’aident à documenter la résidence au fil de l’eau et à l’évaluer en lien avec les Ateliers Médicis.

  • Les interlocuteurs de l’Education Nationale sur le territoire

Les Délégués Académiques à l’Art et à la Culture au niveau des Rectorats ; les Directeurs académiques des services de l’éducation nationale, leurs Inspecteurs et Conseillers pédagogiques au niveau départemental ; les Conseillers pédagogiques de circonscription. Ces différents interlocuteurs accompagnent les équipes pédagogiques dans l’accueil des artistes et dans l’élaboration commune des temps de présence au sein de l’école.

Et selon les cas :

  • la structure culturelle tierce

La structure culturelle tierce peut être l’école dont l’artiste est issu, un musée, une bibliothèque, un théâtre, un centre d’art…, à laquelle l’artiste peut décider de s’associer pour prolonger ou nourrir sa résidence dans une relation privilégiée.

  • le parrain ou la marraine :

Le parrain ou la marraine est un(e) artiste choisi(e) par l’artiste s’il le souhaite pour intervenir bénévolement en qualité de conseiller, voire entretenir des échanges réguliers avec l’artiste en résidence…

  • l’école supérieure dont est diplômé l’artiste

L’école supérieure de laquelle est issu l’artiste apporte conseils et appui tout au long de la résidence, établit un lien avec les étudiants actuels et contribue au rayonnement de la résidence sur le territoire…